Les femmes aussi peuvent être inspirantes. Ce n’est pas Bertina Lopes qui va nous contredire

Mama. C’est ainsi que sont surnommées beaucoup de femmes dans leurs milieux professionnels. Cela vaut aussi pour les femmes artistes. Aujourd’hui, nous allons vous parlez de Mama B, Bertina Lopes, une peintre 🎨🖌 et sculptrice mozambicaine. Une femme qui nous montre que nul besoin d’être doté d’une banane 🍌 et de deux kiwis 🥝🥝 pour faire preuve de courage 💪 et montrer la voie aux sien.ne.s.

Ses tableaux plein de vie traduisent une double identité qui sera le fil conducteur de son œuvre tout au long de son parcours. Bien qu’éloignée du Mozambique, Bertina Lopes garde de forts liens avec sa famille restée au pays et suit de près les événements de ce pays qui reste le sien. Dans son art, elle continue à lui exprimer son attachement. Entre 1970 – 1980, elle réalise une série artistique intitulée La mia radice antica (mon ancienne racine).

Pendant ses années au Portugal, ses œuvres se basent sur des contes africains ou des poèmes de José Craveirinha, un écrivain et poète mozambicain.  Elle exprime de nouvelles mythologies et un cri en faveur de l’indépendance. A Rome, sa peinture sera traversée par des questions telles que l’indépendance du Mozambique, le départ des afro-portuguais ou encore la guerre civile de 30 ans que le pays va connaître.  A titre privé, Bertina Lopes lutte longuement pour que la paix revienne au Mozambique, en servant de médiateur auprès de l’ONU et du gouvernement italien, aboutissant ainsi au traité de Rome en 1992 et à la fin de la guerre civile.

Bertina Lopes peut être considérée comme l’initiatrice de la peinture contemporaine africaine. Sa critique sociale et sa ferveur nationaliste ont influencé d’autres artistes mozambicain.e.s de son temps. Elle a fait l’objet de nombreuses études et analyses sur son travail artistique, obtenu une reconnaissance significative et a reçu de nombreux prix et récompenses. Son travail est représenté dans des collections privées et publiques principalement au Mozambique, au Portugal, en Italie et aux États-Unis d’Amérique.

Quelques bribes de sa vie

Née en 1924, Bertina Lopes vit au Mozambique jusqu’au milieu de ses études secondaires avant de s’envoler vers le Portugal en 1945, pays du colonisateur et de son père, pour y poursuivre des études de peinture et de dessin. Au cours de ses études et de sa vie au Portugal, elle s’engage dans des cercles anti-fascites et s’imprègne de l’art de peintres occidentaux, de graffeurs sud-américains et surtout d’artistes portugais d’avant-garde.

De retour au Mozambique en 1953, elle devient professeure de dessin artistique au sein d’une école technique de filles pendant 9 ans. Elle était très appréciée des étudiants pour son enseignement innovant, basé sur l’observation de l’environnement urbain, social et naturel, et pour le sentiment de liberté de ses idées esthétiques et politiques. Mariée à un poète anticolonialiste, elle s’implique elle-même dans la lutte contre l’occupation coloniale portugaise. Son opposition à l’oppression, au racisme, aux discriminations sociales transparait dans son art. En 1961, elle est contrainte de s’exiler au Portugal sous la répression du colonialisme. Elle obtient une bourse de la fondation Calouste-Gulbenkian en 1962 pour étudier la céramique qui lui permet d’y vivre et de peindre. 

Après sa bourse, elle choisira ensuite Rome au lieu de Maputo, en raison du régime dictatorial de son pays et pour se libérer du contrôle de la police politique portugaise. Elle obtient une nouvelle bourse de la même fondation pour approfondir ses connaissances à Rome, où elle s’installe définitivement en 1964. En 1975, Bertina Lopes s’installe brièvement aux États-Unis et visite les musées d’art contemporain de New York, Boston, Washington, Philadelphie. Elle y complète sa connaissance de l’art d’avant-garde.

Vous avez envie de vous laisser inspirer par cette peintre ? Allez l’admirer au Musée national d’art du Mozambique ou encore au Musée Calouste-Gulbenkian au Portugal. Enfin, attendez quand même la fin du Covid et la re-ouverture des frontières ! 

Vous êtes féru.e.s de peinture et voulez allez plus loin que ces quelques lignes ? Dévorez sa bibliographie et ses catalogues d’expositions ! Vous voulez posséder une de ses œuvres et avez les moyens de votre politique ? A vous les sites d’art contemporain ! 

Cet article vous a plus ? N’hésitez à pas à aimer ❤️ ou à le partager 📪 ! Vous avez des questions, des ajouts, ou des choses à redire ? Je suis tout ouïe 👂 !

Ressources

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bertina_Lopes

https://en.wikipedia.org/wiki/Bertina_Lopes

https://awarewomenartists.com/artiste/bertina-lopes/

https://histoireparlesfemmes.com/2019/01/29/bertina-lopes-peintre-et-sculptrice-mozambicaine/

https://www.sothebys.com/en/buy/auction/2019/modern-and-contemporary-african-art/bertina-lopes-untitled

http://www.archiviobertinalopes.net/index.php?page=biografia.php&l=e

https://www.infopedia.pt/$bertina-lopes

Publié par ngwaneeligui

Féministe, Camerounaise et Africaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :