Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Et si on unissait nos forces pour mettre fin au revenge porn ?

Ces deux derniers jours, j’ai écouté le podcast bas les pattes de Kpenahi Traoré. Un podcast entre le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Bénin pour mettre la lumière sur le combat féministe en Afrique. Un podcast qui parle de VBG, de masculinité positive et de solutions à implémenter. Si chaque épisode m’a touché, celui qui m’a le plus remué est le dernier. L’épisode 10, parole de féministes. Elle y interroge une pionnière du féminisme au Sénégal, Marie-Angélique Savané.

Et si cette ainée a beaucoup de tendresse sur les activistes 2.0 des années 2020, elle reste néanmoins très critique vis à vis de ces dernières. Et je la comprends. Beaucoup de plaidoyer, d’invectives sur les réseaux, beaucoup de manifestations, d’actions coup de poing, mais finalement peu d’actions organisées sur le terrain sur les différents pans des VBG. Les actions menées se greffent sur l’émotion du moment avant de s’essouffler une fois que celle-ci est passée. Peu d’actions de lobbying pour faire évoluer la législation et les institutions en faveur du droit des femmes.

Voilà qu’une nouvelle affaire revenge porn secoue le 237. Comme à mon habitude, hors de question que je regarde une telle vidéo. Hors de question pour moi également de naviguer sur les pages facebook et autres qui diffusent ou discutent de cette vidéo.

Néanmoins, nous sommes plusieurs à penser que cela devient vraiment pénible. Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans le 237. Encore récemment, une jeune fille, Mirabelle, mettait fin à ses jours parce qu’elle ne parvenait pas à dealer avec les conséquences d’une vidéo à caractère sexuelle qu’on lui attribuait. Cette fois-ci, c’est une joueuse talentueuse de l’équipe nationale de football qui est jetée en pâture.

Je vais faire simple, à moins que les concernées n’aient formulé l’envie de se lancer dans une carrière de films pour adultes, ce qui est d’ailleurs leur droit le plus absolu, ce qui a été fait ou dit dans le privé, doit le rester, tant que ça n’attente à l’intégrité de personne. La diffusion, sans le consentement des concernées, n’est rien d’autre que violation de leur confiance, mais aussi violation de leur vie privée ! Et ça vaut tant pour celui qui partage en premier que pour celles et ceux qui contribuent à rendre ce partage viral ! Dans le cas des objets volés, il existe bien un délit de recel. Si vous ne savez pas ce que c’est, je vous invite à le googler. ça vous évitera à l’avenir de vous laver les mains sous prétexte que vous n’avez fait que partager. Pftt!

Rien ne justifie de briser l’intimité d’un autre être humain. Rien ! Et toute personne qui contrevient à cette règle de bienséance élémentaire est pitoyable. Non seulement pitoyable, mais elle est aussi une triste démonstration de la médiocrité humaine. Un déchet. Et ce qu’elle soit footballeur de renom, un homme politique ou un désoeuvré-e derrière son écran qui ne sait pas quoi faire de ses journées et qui n’a rien d’autre à faire dans sa vie fade et insignifiante que de juger la vie sexuelle des gens.

Même s’il est vrai que la Cour de cassation nous a pondu une loi sans tête ni queue pour faire plaisir à un certain 10 pété de thunes et blessé dans son ego par une femme qui l’a largué avec panache parce qu’elle avait compris qu’elle perdait son temps avec ce qui n’était qu’un brouillon d’homme. Loi qui stipule que toutes vidéo ou photo à caractère sexuelle prise avec le consentement de la concernée peut être diffusée. Bref… Le 237, et puis je m’égare.

Je n’oublie pas pour tous les autres. Ceux et celles qui ne participe à ces entreprises de diffusion macabres, nous ne devons plus rester une majorité silencieuse. Parce que finalement, même si ce proverbe reste bateau, dans ces moments, qui ne dit mots consent. Et notre silence, notre inaction, ne fait qu’engouffrer les victimes de revenge porn dans une sorte de solitude face à cette adversité.

Nous devons donc agir. Réagir. Sur les réseaux sociaux, dans nos conversations privées, en famille, avec nos amis, avec nos collègues. Quelqu’un veut-il nous montrer cette vidéo ? Nous refusons ! Quelqu’un trouve-t-il des excuses au vidéaste pathétique et à sa chaîne de diffuseur-euse-s pitoyables, nous nous agaçons. Nous dénonçons aux modérateurs pour que ses voix soient silenciées en bonne et dû forme ! ça suffit, ces réseaux de distribution gratuit !

Mais nous ne devons pas que nous contenter de parler. Nous devons aussi nous mettre en marche, pour que l’impunité de celleux qui publient, comme celle de ceux qui diffusent ces vidéos cesse ! Il est temps de mettre en place des actions concrètes contre ce fléau, des pétitions, des consultations auprès des députés pour faire passer des propositions de lois. Trop c’est trop !

Qui est partante ?

S’il en existe déjà, je me ferai un plaisir non seulement de les relayer mais aussi de m’y joindre.

Cet article vous a plus ? N’hésitez à pas à aimer ❤️ ou à le partager 📪 ! Vous avez des questions, des ajouts, ou des choses à redire ? Je suis tout ouïe 👂 !


Vous voulez en savoir plus sur nos femmes artistes ou sur nos réflexions sur la condition des femmes en Afrique ? Abonnez-vous !

Publicité

Publié par ngwaneeligui

Féministe, Camerounaise et Africaine

Un avis sur « Et si on unissait nos forces pour mettre fin au revenge porn ? »

  1. C’est vraiment triste que la loi, supposée nous protéger, nous jette en pâtures aux violences. Nous sommes de cœur avec vous. Personne ne devrait avoir à vivre ce type de situations. Ce qui est certain, peu importe le temps que ça prendra, la lutte portera ses fruits.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :