A propos

Clean Fresh Water Scarcity Symbol: Black Girl Drinking from Tap.

 » Mon nom est Ngwane Eligui »

Si vous vous intéressez un minimum à la littérature francophone des années 60, cette réplique vous devez la connaitre. Dans la ruine presque cocasse d’un polichinelle, Mongo Beti met ces mots dans la bouche de son personnage féminin principal, la féministe radicale, Ngwane-Eligui-La-Jeune.

Dans ma rubrique il sera question de littérature, de musique, de cinéma, de peinture, de dessin de sculpture… bref d’art au féminin.

Mais il sera surtout question de féminisme en Afrique. Nous nous intéresserons à la vision de l’Afrique des artistes féminines africaines et aux messages qu’elles adressent aux femmes, à leurs concitoyen.nes et à l’Afrique, tout en replaçant leurs discours dans une perspective universelle.

Nous verrons qu’au travers de leur travail, plusieurs dimensions du quotidien des femmes africaines et du monde sont abordées. Un quotidien souvent marqué par des discriminations, des luttes et des victoires.

Alors, rendez-vous toutes les semaines pour découvrir ensemble une nouvelle artiste, sa vision et son message.

Ngwane Eligui

Mon nom est Nana Triban

Je suis une  jeune femme forte et fragile qui va sans vous imposer sa vision vous servir ses réflexions, doutes sur des sujets qui nous concernent tous et toutes. 

Depuis toujours en proie à des combats pour trouver sa place en tant que femme africaine dans ce monde changeant.

Pourquoi à travers l’écriture, parce que lorsque l’on pose ses pensées par écrit on a plus le sens de la mesure. 
Je serai souvent à la limite de la provocation parce que mon objectif c’est de susciter le débat ou la révolte sur des sujets qui nécessite que l’on se soulève.

Rendez-vous une fois par semaine pour parler de la condition de la femme noire, de nos contradictions , de nos combats, etc.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :