Le droit d’être fragile!

Hello la communauté féminine d’Afrique!  Comment allez-vous?  Moi ça va c’est bientôt les vacances pour moi donc j’ai hâte.  Aujourd’hui je souhaite aborder un sujet qui peut sembler banal mais qui peut être important à mettre en exergue pour nous les femmes africaines, le fait d’avoir des moments de fragilités. D’aussi loin que je meLire la suite « Le droit d’être fragile! »

Est-ce vraiment vrai que les femmes aiment l’argent ?

Tout le monde veut la sécurité financière, femme comme homme. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder du côté des femmes qui ont de l’argent. Vous remarquerez qu’il y a une nuée de gigolo qui leur tournent autour.

#feminisme #feminismeafricain

Mères bombez le torse. Sugar daddys retournez dans vos trous. La diva sénégalaise du jazz Aminata Fall nous parle

Aminata Fall dite Garmi, est une chanteuse et comédienne sénégalaise. Mais aujourd’hui, c’est sa carrière musicale qui nous intéresse 😊. C’est que notre artiste du jour composait : blues et mbalax principalement. Une artiste pour qui l’art, c’est s’engager, pour les mères, les filles, les enfants ou encore tout simplement la liberté. Encore un article pour découvrir, s’interroger, se révolter, et j’espère se mettre en marcheLire la suite « Mères bombez le torse. Sugar daddys retournez dans vos trous. La diva sénégalaise du jazz Aminata Fall nous parle »

Et si on arrêtait de cracher sur les influenceuses lifestyle ?

Les influenceuses ne sont pas une masse uniforme. S’il y en a qui vendent du rêve, il y en a aussi qui donnent des conseils de lifestyle, d’entreprenariat, etc. Et d’ailleurs, plusieurs d’entre elles sont cheffes d’entreprises et communiquent sur leurs projets.
Et si vraiment on trouve que les valeurs que ces jeunes véhiculent sont mauvaises, pourquoi ne pas s’engager factuellement dans des causes qu’on juge plus juste ?
La critique c’est bien, la critique constructive c’est encore mieux, la critique avec une alternative engageante pour soi, ça c’est le top !
#feminismeafricain #sororité #feminisme

Et si les occidentaux.les arrêtaient de porter un regard condescendant sur les femmes africaines ?

Les femmes subissent des injonctions dans toutes les cultures, ces injonctions ne sont juste pas les mêmes. Djaili a eu le courage de se regarder dans le miroir et de dénoncer celles de sa communauté. A nous toutes d’en faire autant dans les nôtres.

Pour moi elle s’adresse à toutes les femmes, leur demande de refuser les injonctions qui leur sont faites et de vivre leur vie. Alors les filles ? Prêtes à faire votre Djaili ?

Est-ce que les femmes doivent parler d’une même voix ?

Ce finalement contre quoi je me bats le plus c’est la présomption de réputation. Je ne veux pas qu’on voit une femme chez elle, dans la rue, dans son travail, etc, et qu’on suppute de ce qu’on pourrait lui faire et ou de comment on pourrait la traiter. Je veux qu’à chaque instant de sa vie on lui demande son avis et que cet avis soit éclairé.
A partir de là, je n’ai aucune difficulté à ce que des femmes expriment une voix différente de la mienne, tant que ça n’engendre pas une présomption de réputation. Les hommes ont bien le droit d’être pluriel sans que leurs volonté ne soit constamment essentialiser et/ou minimiser. J’aspire au même privilège pour nous, dans tous les domaines.
#sororité #feminismeafricain #afrofeminisme #feminisme

Faut-il en vouloir à la maitresse ?

Humainement on peut en vouloir à des personnes pour plusieurs raisons, mais ça ne veut pas dire qu’on ne doit pas s’interroger sur les raisons qui nous poussent à agir d’une manière et pas d’une autre. Nous vivons dans une société où nous sommes conditionnées à nous détester ou à ne pas nous faire confiance : « la solidarité entre femmes n’existent pas », « les femmes sont trop ceci, trop cela, etc ».

Dans les cas d’infidélité, même quand on est la personne cocue, on ne connait pas les tenants et aboutissants de cette histoire.

#sexisme #feminismeafricain #afrofeminisme #feminisme

La vie d’une femme africaine, une succession d’émancipations. Le triomphe d’Aïcha al-Falatiya sur la discrimination, la désapprobation et le mépris

Aïcha Musa Ahmad (1905 – 1974), mieux connue sous le nom Aïcha al-Falatiya, est une chanteuse soudanaise. Le début de sa carrière est entravé par les clichés sexistes contre les femmes artistes, mais en 1942, elle devient la première femme à chanter à la radio soudanaise. Aïcha al-Falatiya est la chanteuse des droits des femmes, des droits des opprimé-e-s et de l’anticolonialisme. Son parcours nous invite au respect et à la remise en question de nos sociétés. Respect parce qu’elle s’est arrogée le droit de vivre de sa passion en surmontant l’hostilité et la violence de ses proches et de sa société. Remise en question parce qu’encore aujourd’hui, il reste urgent de faire tomber les barrières qui empêchent les femmes de vivre leur vie à part entière. 

#sexisme #patriarcat #traditions #mariageforcé #empowerment #leadershipfeminin #anticolonialisme #feminisme # feminismeafricain #afrofeminisme #musique #soudan

Vous érigez la douleur de vos mères en diadème ? Ecoutez enfin leurs complaintes. Flora Nwapa, la mère de la littérature africaine a pris la plume pour les transmettre

Florence Nwanzuruahu Nkiru Nwapa, dite Flora Nwapa, était une écrivaine nigériane. Elle a été le précurseur d’une génération d’écrivain-e-s africain-e-s et a également été reconnue comme la première romancière africaine à être publiée en anglais en Grande-Bretagne. Ses œuvres s’’intéressaient à la fois à la femme rurale et urbaine dans sa quête de survie dans un monde en évolution rapide (colonisation, christianisme) dominé par les hommes. Sa contribution majeure à la littérature mondiale réside dans sa caractérisation d’héroïnes indépendantes, fortes et qui refusent l’assujettissement continu des femmes en Afrique. 
#malegaze #femalegaze #traditions #modernité #empowerment #entrepreunariatfeminin #maternité #mariage #mariageforcé #prostitution #feminisme #afrofeminisme #feminismeafricain #litterature #nigeria

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer