Le droit d’être fragile!

Hello la communauté féminine d’Afrique!  Comment allez-vous?  Moi ça va c’est bientôt les vacances pour moi donc j’ai hâte.  Aujourd’hui je souhaite aborder un sujet qui peut sembler banal mais qui peut être important à mettre en exergue pour nous les femmes africaines, le fait d’avoir des moments de fragilités. D’aussi loin que je meLire la suite « Le droit d’être fragile! »

La sororité pour échapper à la fatalité. Une démonstration par Ginette Daleu, photographe Camerounaise

Aucun favoritisme de ma part mais retournons une fois de plus du côté du Cameroun. Et pour cet instant culture, je vous invite à la rencontre d’une photographe de talent, d’une photographe qui a bravé les craintes familiales, qui n’a jamais mis de côté son engagement sociétal. Une femme qui tout au long de sa vie s’est laissée inspirer et a inspiré, a tendu la main. Sa marque de fabrique, des collages sur les murs. Son espace de jeu, les murs de de nos villes.

#sororité #leadershipfeminin #femmedansunmétierdhomme #traditions #modernité #feminisme #feminismeafricain #afrofeminisme #photographie #Cameroun

La femme africaine n’est pas qu’érotisme et marchandise, misère et désolation. Angèle Etoundi Essamba nous emmène, au-delà des clichés

La photographie en général, et la photographie des corps et femmes noires en particulier a longtemps été fortement connoté par le regard colonial qui faisaient de ces individus des objets. Dans sa pratique, Angèle Etoundi Essamba est la première femme photographe originaire de l’Afrique sub-saharienne à avoir exploré, dans les années 1980, le corps de la femme noire et sa nudité́ à travers des portraits en studio et des compositions qui préservaient la dignité́ de ses modeles. 
Son travail est une contre-réponse à l’objectivation stéréotypée du corps exotique de la femme noire. Par ailleurs, elle rompt avec les représentations stéréotypées d’une Afrique déchirée par les famines, les épidémies et les guerres, au lieu de célébrer la richesse culturelle et la diversité du continent.
Dans sa dénonciation des stéréotypes, elle consacre une série de photographies au voile. Dans son œuvre, c’est avant tout d’humanité qu’il est question. Cette humanité, elle l’évoque au travers de cette femme africaine.

Et si on arrêtait de cracher sur les influenceuses lifestyle ?

Les influenceuses ne sont pas une masse uniforme. S’il y en a qui vendent du rêve, il y en a aussi qui donnent des conseils de lifestyle, d’entreprenariat, etc. Et d’ailleurs, plusieurs d’entre elles sont cheffes d’entreprises et communiquent sur leurs projets.
Et si vraiment on trouve que les valeurs que ces jeunes véhiculent sont mauvaises, pourquoi ne pas s’engager factuellement dans des causes qu’on juge plus juste ?
La critique c’est bien, la critique constructive c’est encore mieux, la critique avec une alternative engageante pour soi, ça c’est le top !
#feminismeafricain #sororité #feminisme

Et si on arrêtait de traiter les femmes au foyer de mendiantes ?

Une femme au foyer n’est pas une femme qui passe ses journées à ne rien faire. Une tendeuse de main. Une mendiante ! Une femme au foyer c’est une femme qui endosse tout le travail domestique : ménage, cuisine, linge, vaisselle, garde d’enfant, lien avec la famille, soutien psychologique. Ce travail devrait, à défaut d’être monétisé, hautement valorisé. Et en premier lieu par l’époux qui en bénéficie. Et si ce dernier fait mine de ne pas comprendre, c’est à nous de rappeler la contribution considérable de nos sœurs.

#femmeaufoyer #travaildomestique #sororité

Est-ce que les femmes doivent parler d’une même voix ?

Ce finalement contre quoi je me bats le plus c’est la présomption de réputation. Je ne veux pas qu’on voit une femme chez elle, dans la rue, dans son travail, etc, et qu’on suppute de ce qu’on pourrait lui faire et ou de comment on pourrait la traiter. Je veux qu’à chaque instant de sa vie on lui demande son avis et que cet avis soit éclairé.
A partir de là, je n’ai aucune difficulté à ce que des femmes expriment une voix différente de la mienne, tant que ça n’engendre pas une présomption de réputation. Les hommes ont bien le droit d’être pluriel sans que leurs volonté ne soit constamment essentialiser et/ou minimiser. J’aspire au même privilège pour nous, dans tous les domaines.
#sororité #feminismeafricain #afrofeminisme #feminisme

La solidarité entre femmes. Et si on arrêtait de dire qu’elle n’existe pas

On invisibilise la solidarité qui existe pourtant pour ne se focaliser que sur les mauvaises expériences. Et pourtant ! On imagine bien quel dessein une telle assertion dessert. ça encourage les femmes à se tourner le dos et à se retrouver seules face aux violences basées sur le genre. A qui en parler ? A l’homme bourreau ou à une congénère dont on nous rabâche les oreilles à longueur de journée qu’elle n’est pas fiable ? On se retrouve donc dans la résignation face aux injustices…

La suite en cliquant sur le titre !

#sororité #feminismeafricain #afrofeminisme #feminisme

Le jeu vidéo comme vecteur de la solidarité entre femmes. Les cyans girls, les conceptrices sorores

Qui a dit que le jeu vidéo n’était pas un art ? Qui a dit que les femmes, et plus particulièrement les femmes africaines n’y avait pas leur place en tant que gameuses, mais aussi en tant que conceptrices ? Vous avez quelqu’un.e en tête ? Clouez-lui le bec avec le parcours des Cyans girls, des passionnées d’informatique, qui se sont lancées dans un domaine dominé par les hommes et qui ont développé le premier jeu vidéo sénégalais. Aujourd’hui, avec leur entreprise, elles veulent mettre la technologie aux services des défis de l’Afrique et surtout au service des femmes de l’Afrique. Elles veulent les inciter à investir ce secteur sans rougir.  

#femmedansunmetierdhomme, #leadershipfeminin, #empowerment, #sororité, #entrepreunariatfeminin, #feminisme #feminismeafricain #afrofeminisme #jeuxvideo, #senegal

Comment la vision homme-femme occidentale a relégué les africaines à une place marginale. Ladi Kwali, la mère de la poterie africaine moderne y a échappé

Vous l’aurez compris, nous nourrissons un intérêt particulier aux interactions entre traditions et modernités, notamment en ce qui concerne les droits des femmes. Et nous apprenons tous les jours que nombre de nos anciennes ont initié et défriché ce chantier pour nous. Nous continuons donc sur notre lancée en vous présentant Ladi Kwali, une potière nigériane auteure d’une synthèse originale entre les techniques traditionnelles africaines et la poterie d’art occidentale. Ce sera également l’occasion de revisiter, au travers de son parcours, des thèmes tels que l’audace d’innover, le refus des destins genrés, la vision coloniale homme-femme, et la solidarité entre femmes. 

#traditions #modernité #leadershipfeminin #empowerment #occidentalocentrisme #sororité #poterie #nigeria

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer